0

Le cacao, nourriture des dieux…

Le cacao, nourriture des dieux…

… Theobroma cacao, nom latin mélodieux, est donné au cacaoyer par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1753.

Mais la consommation du cacao, préparé à partir de la fève de cacao, fruit du cacaoyer, remonte à une époque bien plus lointaine, jusqu’aux Olmèques. Cette première civilisation hautement évoluée d’Amérique centrale habitait le Mexique il y a plus de 3 000 ans. Le climat humide et chaud convenait parfaitement à la culture du cacaoyer, arbre fragile. Quelques siècles plus tard, après la disparition des Olmèques, les Mayas s’installent dans la région. Ils inventent une boisson amère et bien épicée, préparée avec des fèves de cacao. Ils la boivent et l’offrent en sacrifice lors de rituels sacrés accomplis par les prêtres, les rois et les nobles. 

[Translate to Français:] by their priests, kings and nobility.
But the Mayan civilization also came to a mysterious end, and they were replaced by the Toltecs in approximately 900 AD, and then the Aztecs. These two cultures adopted the tradition of the holy beverage, which they named “xocoatl” (xoco = bitter; atl = water). For the Aztecs, this bitter, spicy drink was a source of wisdom and energy, an aphrodisiac and a soothing balsam. The cacao bean also served as currency at the time and was offered to the gods as a sacrifice.

Christophe Colomb est le premier Européen qui entre en contact avec le cacao. En 1502, lors de son quatrième voyage dans le Nouveau Monde, il déguste du chocolat pour la première fois : il trouve alors cette boisson trop amère et trop épicée. Plusieurs années plus tard, en 1528, l’or brun ainsi que la recette de cette boisson exotique sont rapportés en Espagne par le conquistador espagnol Hernando Cortez.  

Les Espagnols ajoutent du sucre et d’autres ingrédients à cette boisson revigorante et unique, qu’ils appellent « chocolate ». Elle se transforme bientôt en une douceur à la mode, qui est consommée pendant près d’un siècle à la cour espagnole. C’est en 1615, lors du mariage de la princesse espagnole Anne avec le roi français Louis XIII, que cette boisson est dégustée pour la première fois en France. Elle s’introduit ensuite dans les autres cours royales et la haute société d’Europe. Jusqu’au début de la révolution industrielle, la consommation 

de chocolat, toujours sous forme de boisson chaude, est un privilège réservé aux riches. Puis vient l’époque des pionniers du chocolat qui, en Italie, en Belgique, en Allemagne, en Hollande et, naturellement aussi, en Suisse et ailleurs dans le monde, concrétisent leurs idées ingénieuses et leurs visions ambitieuses. Grâce à leur savoir faire, ils mettent au point des techniques et des recettes qui permettent de transformer cette boisson populaire en chocolat solide. Au fil du temps, il devient accessible à tout le monde.

En définitive, beaucoup de pionniers ont fourni un apport important à l’histoire moderne du chocolat. Toutefois, l’innovation la plus révolutionnaire constitue certainement le procédé de conchage que le chocolatier suisse Rodolphe Lindt a inventé en 1879. Grâce à cette technique, la matière qui, jusqu’alors, était rugueuse, sableuse et quelque peu amère, commence à fondre dans la bouche des amoureux du chocolat du monde entier et est élevée au rang de plaisir ultime.